Le soufre

jaune d'oeufLe soufre est depuis l’Antiquité connu pour sa faculté à éloigner tous les vermines. Dans les temps des romains,  il était employé comme remède aux maladies de la peau. Cet oligoélément fait partie des 7 molécules dites macro-éléments au même titre que le phosphore, le potassium, le sodium, le calcium, le chlore et le magnésium. Pareil que les éléments vivants comme l’hydrogène, le carbone ou l’oxygène, il joue un rôle important dans l’organisme.  Le soufre constitue un composant essentiel de plusieurs protéines comme l’insuline et vitamines comme le bio-tine  ou la thiamine.

Le soufre participe activement dans l’assemblage des protéines. Il constitue un site de pontages  entre les éléments pour permettre la cohésion et la liaison. A noter que la protéine ne sera fonctionnelle qu’une  fois qu’elle ait une forme adéquate. Au niveau du tissu osseux, le soufre compose avec les brins de collagène, un fil où magnésium, phosphore et calcium pourront être placés. Il fait office d’agent régulateur des sécrétions hépatobiliaires et stimule la respiration cellulaire. En parallèle, le soufre a pour fonction de neutraliser et d’éliminer les toxines.  Il a aussi des vertus antiallergiques et désensibilisantes.  Il favorise l’évacuation des déchets présents dans les reins, intestins,  peau et foie.

Chaque jour, le corps a besoin d’un apport de plus de 100 mg de soufre. Pour garantir un renouvellement cellulaire, il est nécessaire de se procurer une portion de 850 mg quotidiennement. L’apport journalier en acides aminés soufrés serait compris entre 13 et 14 mg par kg de poids. Même si les besoins  en soufre sont satisfaits  en grande partie par les acides aminés soufrés, il est impératif d’avoir un apport avec l’alimentation.  La majeure partie des aliments riches en acides aminés soufrés  constituent les sources en soufre comme le jaune d’œuf qui contient 165 mg pour un poids de 100g, l’oignon, l’ail, les poissons et les viandes. Cet oligoélément est essentiel  dans la structuration des protéines intervenant dans divers métabolismes. Il contribue à la constitution  des articulations, os, tendons et dents. Le soufre est d’ailleurs utilisé dans de nombreuses activités thérapeutiques et   eaux thermales.

Jusqu’à ce jour, aucune étude n’a démontré les effets négatifs suite à un excès de soufre dans l’organisme.  Dans la plupart des cas, la toxicité se révèle au niveau digestif par la diarrhée constituée de selles sanglantes et cutané. Le surdosage en apport de soufre confirme le besoin de  prendre des aliments contenant du magnésium et du chlore. Par contre, les symptômes qui peuvent survenir en cas de carence sont la peau anémique, l’agitation, un appétit en éveil constant, la moue et des extrêmes de tous genres. Combiné avec du manganèse de cuivre ou de cobalt, il  peut être un remède  contre l’insuffisance hépatique et les rhumatismes.

Le soufre est depuis l’Antiquité connu pour sa faculté à éloigner tous les vermines. Dans les temps des romains,  il était employé comme remède aux maladies de la peau. Cet oligoélément fait partie des 7 molécules dites macro-éléments au même titre que le phosphore, le potassium, le sodium, le calcium, le chlore et le magnésium. Pareil que les éléments vivants comme l’hydrogène, le carbone ou l’oxygène, il joue un rôle important dans l’organisme.  Le soufre constitue un composant essentiel de plusieurs protéines comme l’insuline et vitamines comme le bio-tine  ou la thiamine. Le soufre participe activement dans l’assemblage des protéines.…

Passage en revue

viandes - 8.4
jaune d’œuf - 8.9
fruits de mer - 7
poissons - 6.2
ail, échalote, oignon, ciboulette, poireau - 4.8
les crucifères (famille des choux) - 4.3
fruits oléagineux (noix, amande, noisette...) - 3.7

6.2

Résumé : On en trouve entre autre, dans les jaunes d'oeuf, les viandes et poissons

Note de l'utilisateur 4.8 ( 1 votes)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*