serine

Les bienfaits de la sérine sur l’organisme sont multiples. Grâce à sa faculté stimulante du métabolisme lipidique, elle participe activement à la formation des membranes cellulaires et de la gaine entourant les nerfs. La transformation des acides gras présents dans l’organisme est assurée par la sérine, amenant ainsi au développement de la masse musculaire. En plus, elle contribue à la production de créatine qui est responsable d’une meilleure récupération pour les sportifs suite à une activité physique intense. Son action sur les anticorps et les immunoglobulines permet le renforcement du système immunitaire, offrant ainsi une meilleure dépense contre diverses maladies.

Dans quels aliments trouve-t on la sérine ?

Le corps synthétise naturellement la sérine. Par ailleurs plusieurs aliments d’origine animale et végétale en sont aussi remplis. Vous pouvez la trouver dans le fromage roquefort avec une portion de 1 770 mg, les poissons comme le saumon, la lotte, les pistaches, le blé, les grains de soja, les viandes, les produits laitiers et la volaille. L’apport recommandé en sérine s’estime à 500 et 3 000 mg par jour. En cas de prise de complément, il est recommandé d’en ingérer en dehors des repas.

Un manque de sérine n'est pas problématique

Actuellement, aucun symptôme n’a été détecté en rapport avec le manque de sérine dans l’organisme. C’est aussi le cas pour la surconsommation en ce produit. C’est un composant de la protéine qui n’est pas du tout toxique peu importe le dosage quotidien. Ce sont surtout les athlètes qui en prennent vu les vertus qu’elle propose. Elle se dissout facilement dans l’eau permettant une facilité d’évacuation par la voie urinaire ou les sueurs. Son goût un peu sucré apporte une touche savoureuse au supplément. En général, à forte température moyennant les 228°C, la sérine se décompose.

Il faut savoir que la sérine peut se transformer en d’autres éléments comme la glycine ou le glucose. Elle entre aussi dans la structure de quelques protéines et lipides. En moyenne, pour une personne âgée de plus de 2 ans, les concentrations en sérine vont de 5,8 mg jusqu’à 15,5 mg par litre de sang. Comme son métabolisme est rattaché à la glycine, la hausse du volume de sérine indique une hyperglycinémie qui est un trouble héréditaire marqué par des maladies neurologiques et un retard mental.

Les bienfaits de la sérine sur l'organisme

Les bienfaits de la thréonine se situent surtout au niveau de l’intestin. Plus de 60% d’apport en cet élément sont absorbés par les tissus intestinaux. La thréonine est connue pour sa faculté à accentuer la production d’anticorps dans l’organisme afin de renforcer le système immunitaire. Grâce à sa capacité à produire de l’émail, son action contribue au maintien des cheveux, des dents et des tissus. Elle joue aussi un rôle très important dans le contrôle des crises épileptiques. Combiné avec la lysine, elle constitue une substance essentielle dans l’amélioration du dépôt de protéines.

Normalement, l’apport journalier idéal en thréonine pour l’organisme se situe entre 500 et 1 500 mg. L’alimentation constitue un moyen adapté pour satisfaire les besoins du corps. Plusieurs aliments végétaux ou animaux en contiennent suffisamment comme les fèves, les viandes, les œufs, les germes de blés, les volailles, les noix, les produits laitiers et ses dérivés. Par ailleurs, il est aussi possible de s’en procurer en optant pour les compléments alimentaires proposés sous forme de comprimés, gélules ou en poudre. Pour l’utilisation de ces produits, il est préférable de suivre les indications d’un médecin.  Il faut savoir que le taux de thréonine essentiel dépend du poids de la personne. Plus elle dispose d’un poids élevé, plus les besoins en cet élément augmente.

Dans le cas où les besoins en thréonine sont insuffisants. Il peut survenir de nombreux troubles. Etant responsable de la production de collagène, un manque pourrait engendrer des problèmes cutanés. La personne pourrait être plus sensible à la fatigue et aux différentes maladies. Des symptômes au niveau du foie vont se déclencher, impactant ainsi sur le bon fonctionnement de l’appareil digestif. Une recherche a mis en évidence les conséquences d’un déficit en thréonine sur l’intestin grêle. Une hypotrophie au niveau des villosités est apparue, une situation liée à la baisse de cet élément dans l’organisme. Une pathologie qui provoquerait une malnutrition. En cas d’excès, aucune pathologie n’a pas encore été détectée.

blé

soja

arachide

produits laitiers

viandes